11 façons d’éliminer sa culotte de cheval

Considéré comme une nuisance par la plupart des gens, la culotte de cheval n’est rien d’autre qu’un terme populaire pour caractériser l’accumulation de graisse dans la région qui comprend la hanche, la face latérale de la cuisse et la partie latérale du fessier.

L’accumulation de graisse dans cette région a des causes importantes qui sont généralement associées les unes aux autres. Les principaux sont hormonaux, génétiques, nutritionnels et métaboliques.

– Hormonal : Il a été prouvé que les cellules adipeuses de cette région sont plus sensibles aux hormones féminines. La culotte est donc plus fréquent chez les femmes après la puberté.

– Génétique : La concentration de cellules adipeuses dans différentes régions du corps présente des caractéristiques génétiques, qui varient d’une personne à l’autre.

– Nutritionnel : plus l’alimentation est équilibrée, avec un apport liquide adéquat et une faible consommation de graisses composées et de glucides, plus l’accumulation de graisse corporelle est faible et, par conséquent, dans la région des culottes.

– Métabolisme : un métabolisme adéquat, associé à des activités physiques aérobies et à la musculation pour le durcissement des muscles de la région, est d’une extrême importance pour réduire la concentration de graisse et améliorer la silhouette.

Il est un fait que personne ne peut pas éliminer sa culotte de cheval du jour au lendemain mais il est possible de réduire considérablement l’accumulation de graisse dans cette région.  

– Une alimentation adéquate, des exercices, des traitements cliniques… Connaissez vos principaux alliés lorsqu’il s’agit de réduire la concentration de graisse dans cette région du corps.

1. Une alimentation saine

Il est recommandé de consommer peu de matières grasses, beaucoup de fruits et de légumes. Les personnes génétiquement prédisposées à localiser de la graisse dans cette zone en particulier devraient boire beaucoup d’eau, entre deux et trois litres par jour.

L’idéal est d’avoir, si possible, les conseils d’un nutritionniste, qui vous transmettra un régime alimentaire adapté à vos besoins, ciblant non seulement les questions esthétiques, mais aussi votre santé dans son ensemble.

2. Exercices spécifiques aux activités aérobies

Les exercices ayant des caractéristiques aérobies sont importants car ils vont agir en utilisant principalement les graisses comme source d’énergie. Mais il est à noter qu’en réduisant la graisse corporelle, nous perdrons dans l’ensemble du corps, et pas seulement dans la région qui est exercée. C’est pourquoi il est important de faire aussi un travail musculaire en mettant l’accent sur la région qui veut avoir des résultats plus esthétiques, comme un raidissement et/ou une définition.

Actuellement, des études suggèrent et est déjà devenu une tendance l’entraînement par intervalles de haute intensité, qui peut être uniquement aérobie (course à pied, vélo …) ou combiné avec le travail de force/endurance musculaire (bodybuilding, entraînement fonctionnel etc…).

Cette stratégie apportera plus d’adaptations positives dans le corps et, d’autre part, elle contribuera beaucoup à la combustion des graisses, car ce format génère un débit d’oxygène et fait que le corps a le métabolisme le plus rapide, pendant des minutes ou des heures plus tard, pour couvrir les dégâts.

Une observation qui ne peut pas manquer est que le praticien doit être raisonnablement bien conditionné pour commencer ce genre de travail. C’est pourquoi il est si important d’avoir les conseils et le soutien d’un professionnel de l’éducation physique.

Dans ce contexte, less meilleurs exercices, tant pour contribuer au gain de masse musculaire que pour augmenter la dépense énergétique sont les suivants :

Que ce soit en pédalant ou en courant, dans la rue ou sur un vélo ou un tapis roulant, l’entraînement permet de perdre de la graisse localisée au niveau des hanches et des cuisses. Comme ces activités sont essentiellement aérobies, elles utilisent les graisses comme source d’énergie

Le squat doit être fait avec les deux jambes parallèles imitant le mouvement d’une chaise. Il est très important de garder la colonne vertébrale droite, nous pouvons en fait utiliser une chaise ou un banc pour nous entraîner à nous accroupir. Et plus le siège est bas, plus il faut de muscles. Cet exercice fait travailler l’arrière-train des cuisses et des fesses.

Ils doivent être réalisés avec une jambe devant l’autre : la jambe arrière reposant sur les orteils, et la jambe avant avec le genou aligné sur la poitrine du pied. Le mouvement consiste à descendre et à monter, en s’appuyant principalement sur la jambe avant. Les deux doivent former un angle de 90 degrés lorsque nous nous rapprochons le plus possible du sol.

3. La cryolipolyse

Une excellente option pour mettre fin à la culotte de cheval. Il s’agit d’un traitement indiqué pour la réduction localisée des graisses, basé sur la cryolipolyse, dans laquelle les cellules graisseuses sont éliminées par le froid.

La méthode est non invasive, elle se fait sans coupure, sans anesthésie ou autres substances injectables. C’est pourquoi il est considéré comme une option sûre. La personne peut reprendre ses activités le même jour. Certains professionnels avancent qu’une seule séance est parfois nécessaire. 

4. Radiofréquence

SLa radiofréquence est devenue l’un des traitements esthétiques les plus appropriés pour la réduction des culottes. La technique génère une chaleur profonde qui agit sur l’adipocyte, entraînant une réduction localisée de la graisse. 4 à 12 séances sont nécessaires dans chaque région pour être traité. Mais ce nombre de sessions sera établi après une évaluation minutieuse.

5. Lipocavitation

La lipocavitation est un autre traitement esthétique utilisé pour réduire les culottes. Les ondes ultrasonores sont émises par l’appareil et atteignent l’adipocyte à traiter. Ainsi, ils induisent la lipolyse et favorisent l’augmentation de la tension intracellulaire, provoquant la rupture de la membrane des cellules adipeuses. 

Après chaque séance, il est important de pratiquer une activité physique aérobique. Il est recommandé d’effectuer la pratique dans les 4 heures qui suivent la séance. Au moins 10 séances sont indiquées.

6. Carboxythérapie

Ce traitement consiste à appliquer du CO2 (dioxyde de carbone anhydre) sous la peau pendant 15 à 30 minutes par séance. Dès la quatrième séance, il est déjà possible de voir la peau plus dure grâce à une meilleure répartition du collagène et à la réduction de quelques centimètres des mesures.

Dans ce traitement, du dioxyde de carbone est injecté, ce qui augmente le flux sanguin, améliore la circulation et le drainage. Ainsi, il y a une accélération de l’élimination des toxines et de la libération des acides gras, ce qui réduit le gonflement et favorise une dégradation des cellules qui stockent les graisses. Le traitement est considéré comme douloureux, mais avec de bons résultats.

7. Manthus

C’est un appareil qui génère des courants ultrasonores stéréodynamiques. En transmettant un courant électrique, il atteint 4 cm de couche de graisse.

Fondamentalement, l’échographie favorise la rupture de l’adipocyte tandis que les courants potentialisent son action, stimulant le système lymphatique pour éliminer ces graisses plus efficacement. Le nombre total de sessions sera établi après évaluation, mais généralement une dizaine de sessions sont indiquées.

8. Le massage

Le drainage lymphatique peut être une autre option pour aider à éliminer la culotte de cheval. Il s’agit d’une technique qui aide le corps à éliminer les toxines et les liquides qui s’accumulent entre les tissus par des mouvements doux.

Le massage réducteur est également indiqué pour la réduction de la culotte, notamment parce qu’il a des mouvements plus intenses sur la peau, aidant ainsi à éliminer les toxines et à manipuler les cellules qui stockent les graisses.

Rappelons que ces techniques doivent être associées à d’autres traitements pour obtenir de meilleurs résultats.

9. Réduire le nombre de pansements

Une autre bonne alternative pour aider à éliminer les graisses localisées, y compris dans la culotte. Le traitement associe l’utilisation de gels spécifiques au bandage (gaz de bandage) impliquant la zone en question du corps du patient.

Tant dans le cas du bandage à froid (cryothérapie) que dans celui du bandage à chaud (thermothérapie), le but est de favoriser la lipolyse (rupture de la cellule adipeuse), contribuant ainsi à réduire les mesures.

10. Chirurgie plastique

Il est normal que certains patients, même avec les soins de la nourriture et de l’activité physique, présentent encore des accumulations de graisse dans la région des “culottes” par des facteurs génétiques et hormonaux. Dans ce cas, la liposuccion et la liposculpture peuvent être indiquées pour l’élimination de la graisse localisée et dans la région, permettant un contour corporel lisse et harmonieux de la région.

11. Traitements à domicile

Certains parient sur des “traitements à domicile” pour aider à réduire les graisses localisées dans les culottes. Cependant, la vérité est qu’aucun d’entre eux n’a prouvé son efficacité.

Le “pansement de réduction fait à la maison” en est un exemple. La personne achète un “gel réducteur” disponible sur le marché ou fabrique un “gel maison” (par exemple, avec de l’argile verte), passe le produit et enveloppe ensuite la zone corporelle souhaitée (dans ce cas, les culottes) d’un bandage (bande).

Un chirurgien plasticien souligne toutefois qu’il n’existe aucune étude scientifique qui démontre que le pansement réducteur est indiqué pour mettre fin à la culotte.

En outre, il n’est pas recommandé d’effectuer ce type de traitement sans l’aide d’un professionnel. L’idéal est de chercher une clinique qui travaille avec la physiothérapie dermatofonctionnelle.

Il y a toujours eu des traitements à domicile. Comme, par exemple, les thés miracles ou les mélanges de fruits, de céréales et d’herbes qui sont utilisés sous forme de pâte ou même ingérés. Mais il n’y a rien qui prouve leur efficacité.

Le seul traitement à domicile et la seule méthode de prévention, ce ci consiste à associer les habitudes suivantes :

– Prenez en moyenne deux litres de liquides (de préférence de l’eau) par jour.

– Faites régulièrement de l’activité physique (y compris de l’aérobic et des exercices localisés).

– Réduisez la consommation de sucre (qui est le plus grand méchant quand il s’agit de la prise de graisse/poids).

– Nourrissez-vous toutes les trois heures.

– Ne portez pas de pantalons trop serrés (cela nuirait à la bonne circulation).

Il convient de mentionner qu’en ce qui concerne les traitements cliniques, seul un professionnel qualifié peut indiquer la meilleure option pour chaque cas, ainsi que le nombre de séances nécessaires.

Il en va de même pour la chirurgie plastique (liposuccion/liposculpture) : le chirurgien plasticien est le seul professionnel qui peut indiquer si c’est la mesure à prendre.

En ce qui concerne l’exercice physique et l’alimentation équilibrée, les conseils s’appliquent à tout le monde ! Après tout, c’est la meilleure “formule” pour éliminer les graisses localisées, non seulement des culottes de cheval, mais aussi de l’ensemble du corps.