Manger « sans viande » est-il vraiment meilleur pour la santé ?

Publié le : 19 août 202010 mins de lecture

Les adeptes de l’alimentation végétarienne affirment que manger sans viande est bénéfique pour la santé. Bien que la naturalité soit dépourvue de protéines animales, ses apports suffisent-ils à équilibrer l’alimentation ? Est-ce que manger sans viande a des impacts sur la santé ? Trouvez plus d’infos dans l’article.

Des apports qu’on trouve aussi dans d’autres aliments

Les chairs ne sont pas les seules sources de protéines, ça, il faut bien l’admettre ! Bien que la viande soit l’aliment le plus connu pour être hyper-protéiné, elle peut être remplacée par d’autres nourritures. Les produits laitiers et les œufs contiennent aussi des protéines. Ils rivalisent parfaitement avec la viande. On note également les protéines d’origine végétale comme les pois chiches, les amandes, les noix, le soja, le riz et le quinoa. La quantité de protéines présente dans chaque aliment n’est pas pourtant la même. Selon l’équivalence en protéines, 100 g de viande bœuf correspond à 4 œufs, à 250 g de fromage de soja et à 80 g d’amandes.

Notez que les protéines tiennent une place importante dans le bon fonctionnement de l’organisme. Ces éléments favorisent le développement musculaire. Ils renforcent aussi le système immunitaire. Les protéines sont un bon régulateur du système nerveux. D’ailleurs, certaines catégories d’acides aminés proviennent de l’alimentation et ne peuvent être fabriquées par l’organisme. L’œuf est la référence en acides aminés. Il contient les 8 acides aminés indispensables à l’organisme.

Le régime végétarien combine les sources de protéines végétales afin de garantir l’apport complet en acides aminés. Cela n’est pas forcément appréhendé sur un même repas. La combinaison des légumineuses avec les céréales garantissent un bon équilibrage alimentaire. La tendance actuelle préconise cependant que le régime végétarien n’est pas adapté aux sportifs. Selon ce concept, les personnes qui pratiquent des efforts physiques accrus doivent intégrer la viande à leurs repas habituels. Les adeptes du régime vegan affirment pourtant que la nourriture sans viande est tout à fait adaptée à la pratique sportive. On note ici deux idées opposées.

À parcourir aussi : Que penser de l'alimentation végétalienne chez les enfants ?

Se passer de la viande, est-ce possible ? Les dangers en chiffres !

Consommer plus d’aliments d’origine animale, notamment de la viande, devient désormais tendance. Beaucoup considèrent que les chairs sont incontournables de l’assiette. Un médecin vegan a cependant affirmé le contraire. Selon ce spécialiste, il est bien possible de bannir la viande de l’alimentation. Ce choix permettrait même de rester en bonne santé. D’après certaines études, la viande figure parmi les responsables majeurs de surpoids. L’avidité en produits animaux fait partie des principales causes de décès en Hexagone.

La consommation excessive de viande apporte un déséquilibre total. Cette habitude est un véritable danger pour la santé humaine, la vie animale et l’environnement. Les conséquences de cette tendance alimentaire ne sont pas moindres. Selon les fidèles au régime végétarien, rien n’est bénéfique à l’organisme que la diète végétarienne.

D’après les études effectuées par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le nombre des individus touchés par le surpoids excède largement celui des personnes atteintes de sous-nutrition. Selon les analyses, l’effectif des cas d’obésité a fait son double depuis 1980. Près de 1,4 milliards d’individus âgés de 20 ans et plus, sont désormais victimes de surpoids. Environ 300 millions sont des femmes et plus de 200 millions sont des hommes.

Le régime sans viande, est-ce vraiment bénéfique pour l’organisme ?

Selon une étude menée par une université mondialement connue, les végétariens sont moins concernés par les accidents cardio-vasculaires. Il est vrai que la viande et le poisson contiennent des apports nécessaires à l’organisme pour son bon fonctionnement. Toutefois, la consommation excessive de ces produits animaux peut nuire à la santé. Manger trop de viande et de charcuterie est l’une des principales causes du cancer du côlon et du cancer du sein. L’OMS a même démontré que les viandes transformées comme les saucisses, le jambon et le surimi sont des produits cancérigènes.

Dans le régime végétarien, la viande est remplacée par les légumineuses, les légumes et les céréales. Ces nourritures sont riches en fibres. Notant que ces dernières jouent un rôle important dans la régulation de la glycémie. Ces apports éliminent efficacement les mauvaises toxines de l’organisme. Consommer plus de fibres est une démarche de prévention contre les problèmes cardio-vasculaires et les maladies cancéreuses. Cela ne veut pas pour autant dire que les sources végétales peuvent être consommées n’importe comment ! Le régime végétarien doit respecter certaines normes. Manger trop de céréales sucrées (des aliments transformés comme les chips, les sodas, etc.) est loin d’être bénéfique pour la santé. Un bon équilibre alimentaire s’impose.

En plus de nuire à la santé humaine, l’exploitation et la consommation de viande impactent l’environnement. L’élevage industriel figurerait parmi les secteurs les plus polluants. Notez que la production de viande requiert assez d’espace, ce qui favorise la déforestation.

Les bénéfices de l’alimentation sans viande

Bannir la viande de son assiette présente de nombreux avantages. Ce choix limite l’irritation du côlon et réduit les risques de cancer colorectal. Se passer de la viande défavorise aussi les risques d’inflammation. Une alimentation sans viande limite ainsi les réactions inflammatoires dans l’ensemble de l’organisme. Les légumes, les fruits, les œufs et produits laitiers peuvent parfaitement remplacer les chairs. Riches en protéines, en fibres et en bons acides gras, ces aliments régulent le métabolisme. L’alimentation sans viande est le meilleur allié de ceux qui souhaitent avoir un poids idéal. Cette démarche permet de perdre des kilos efficacement et d’éliminer le cholestérol de l’organisme. Cela est dû au fait que le mauvais gras soit totalement supprimé de l’alimentation.

Toutefois, le remplacement de la viande par d’autres nourritures doit respecter certaines règles afin d’éviter les carences. Des ajustements sont nécessaires pour équilibrer l’alimentation. À défaut, des impacts négatifs sur la santé humaine peuvent se former, parmi ceux, la carence en fer. Celle-ci se caractérise par une anémie et une dégradation des défenses immunitaires. On note aussi la carence en vitamine B12. Cette dernière régule le fonctionnement du système nerveux. Cet apport n’est présent que dans les produits d’origine animale. Si vous ne consommez pas de viande, vous le retrouverez dans les œufs et le poisson. La suppression de la viande dans l’alimentation peut également engendrer une carence en protéines. Cependant, si la quantité nécessaire est maintenue, il n’y aura pas de souci. Remplacer la viande par d’autres aliments pourvoit ainsi une alimentation saine dans la mesure où les apports indispensables seraient gardés. Faites-vous conseillé par un spécialiste en nutrition avant de choisir le régime qui vous soit adapté.

Devenir et supprimer la viande de son alimentation

Se passer de la viande pour devenir végétarien est une démarche saine, mais difficile à prétendre. En théorie, cela paraît facile. L’application au quotidien est cependant complexe. Le régime semi-végétarisme est un bon compromis entre les deux modes d’alimentation. Les adeptes de cette tendance alimentaire peuvent consommer des chairs, mais suivant des quantités limitées et à rythme occasionnel. Ce régime exclut les viandes transformées. Celles-ci étant considérées comme la plus problématique. Le régime semi-végétarien privilégie les chairs de qualité provenant de l’élevage local. Le pescétarisme est aussi une alternative au régime classique et au régime végétarien. Excluant totalement la viande, il préconise la consommation de fruits de mer, y compris les poissons. L’organisme prisera ainsi les apports dont il a besoin des acides gras contenus dans les produits de mer.

Plan du site