Mythes et vérités sur la nutrition des enfants

Nourrir les nourissons et les enfants adolescents est l’une des tâches les plus ardues et les plus importantes confiées aux parents. Outre le défi de la vie quotidienne avec les petits eux-mêmes, pouvoir proposer un menu équilibré au milieu de mille idées qui circulent n’est pas du tout facile. En effet, les avis sont nombreux sur ce qu’il faut (ou ne faut pas) nourrir. Lorsqu’un conflit de générations survient, la tête des parents fait un nœud. Qui n’a jamais entendu des phrases comme “de mon temps, c’était comme ça”, ou “tu as si bien grandi en mangeant tout” ? 

Au cours des dernières décennies, avec l’arrivée d’Internet, les mythes sur la nourriture sont devenus de plus en plus courants. Il est donc important de démystifier certaines “vérités absolues”, de savoir ce qui fait vraiment du bien et d’appliquer la règle la plus importante : l’équilibre et le bon sens. Dans ce post, nous contribuons à la clarification du sujet en rassemblant quelques mythes et vérités très communs dans la vie quotidienne des pères et des mères. A la fin, vous trouverez des liens vers d’autres posts intéressants en rapport avec le sujet 

La betterave

La betterave “in natura” ou en jus est une nourriture qui combat efficacement l’anémie ( Mythe)

Une tasse de betterave râpée ne contient que 0,8 ml de fer, un minéral essentiel à la santé dont le manque provoque l’anémie. Les pédiatres indiquent, dans le cas de la maladie chez les enfants, la consommation quotidienne de cinq ml par kilo pendant environ trois mois.comparez : un petit steak de foie contient en moyenne 8,5 ml de ce nutriment.

La carotte

C’est l’un des légumes riche en nutriments. Elle est bonne pour la vision (Vérité ).

La carotte provient des générations anciennes et reste ferme. La carotte contient une grande quantité de bêta-carotène, une substance qui, en plus d’être un antioxydant, se transforme en vitamine A, un allié important de la vision. La consommation de bêta-carotène aide à protéger la cornée et les structures qui composent l’œil, améliorant considérablement la sécheresse et certaines conjonctivites inflammatoires, et peut contribuer à réduire l’incidence de la cataracte.-

La margarine

Manger de la margarine est plus saine que consommer du beurre (Mythe).

Dans la production de margarine, l’huile végétale est hydrogénée, ce qui fait que les graisses insaturées deviennent des graisses trans, ce qui est nocif pour la santé. Le beurre, par contre, qui est d’origine animale, ne passe pas par ce processus – et sa graisse est saturée. Ce sont des bonnes matières grasses. Par conséquent, lorsque la consommation est modérée, le beurre est plus recommandé pour les enfants.

Les peaux de fruits

Les bébés et les enfants devraient manger des fruits sans leur peau (Mythe).

La peau du fruit est riche en fibres et en nutriments. La pectine de la pomme, par exemple, n’est consommée que lorsque le fruit est consommé dans sa coque. Mais attention : tous les fruits doivent être très bien lavés avant d’être consommés pendant la diversification alimentaire, surtout pendant l’enfance. Conseil : comme les pesticides des fruits et légumes produits de manière traditionnelle se concentrent sur la peau, préférez les aliments biologiques.

Les aliments mous

Les enfants doivent tout manger secoués jusqu’à ce qu’ils n’aient plus de dents (Mythe).

Beaucoup d’enfants ont leurs premières dents vers six mois. D’autre part, à partir de six mois, l’enfant peut manger certains aliments en plus du lait et des purées, tels que des morceaux de pain mou, des morceaux de banane, entre autres. Pour ces aliments faciles à mâcher, l’enfant utilise ses gencives et non ses dents.

La viande rouge

Elle est essentielle à la croissance des enfants ( Vérité).

La viande est une source importante de protéines, de graisses et de zinc. Contre l’anémie, donc, elle est incomparable – elle est très riche en fer héminique, ou fer organique, qui est bien mieux utilisé par l’organisme que le minéral présent dans les légumes. Pour un bon équilibre alimentaire, la viande rouge doit être consommée au moins trois fois par semaine. Le poulet et le poisson sont même de bons substituts dans l’alimentation enfants, mais si le fer est en cause, ils ne contiennent pas la même quantité.

Le lait fermenté

Il aide à combattre la diarrhée (Vérité).

Les fameux lactobacilles, présents dans le lait fermenté, font concurrence aux bactéries nocives de l’organisme, modifiant et colonisant la flore intestinale avec des germes bénéfiques. La consommation de cette boisson peut donc même diminuer la durée de la diarrhée.

Cependant, il est toujours recommandé de nourrir les enfants de moins de deux ans par l’allaitement maternel.

Les poissons crus

Les enfants doivent éviter le poisson cru Dépend. Jusqu’à deux ans, il n’est pas recommandé de proposer du poisson cru aux enfants. A partir de cet âge, bien qu’il n’y ait pas de consensus absolu entre les médecins, les pédiatres libèrent généralement la consommation, en recommandant la préférence pour des restaurants fiables et d’excellente hygiène.

Un bon conseil est de vérifier si l’établissement dispose du certificat sanitaire, qui garantit l’origine et la qualité du poisson.

L’obésité

Les enfants obèses ne deviennent pas des adultes obèses (Mythe).

Des études scientifiques montrent qu’environ 70 enfants obèses deviennent des adultes obèses avec une plus grande tendance à l’hypertension, à l’infarctus, au diabète, etc. Dans ce contexte, les données présentées dans une étude du ministère de la santé auprès de jeunes de 15 à 17 ans sont inquiétantes : 25 participants sont en surpoids et 8,5% sont obèses, tandis que 70 filles et 55 garçons sont sédentaires. Faire attention au repas est alors primordial et en plus de cela il importe d’avoir dès les bas-ages d’avoir des habitudes alimentaires saines.