Que faut-il savoir sur le cholestérol ?

Le cholestérol est un lipide essentiel à l’organisme, car il compose et maintient la structure des membranes des cellules de notre corps et joue un rôle dans la synthèse de certaines hormones. La majeure partie du cholestérol nécessaire à l’organisme est fabriquée par le foie tandis que le reste du cholestérol est apporté par l’alimentation. Il n’existe pas deux molécules de cholestérol, mais plutôt deux protéines responsables de son transport dans l’organisme, via le sang : les lipoprotéines de haute densité (HDL) qui correspondent au ” bon ” cholestérol. Elles ont pour rôle d’empêcher la formation de plaques d’athérosclérose sur la paroi des artères. Les HDL apportent au foie le surplus de cholestérol accumulé dans les organes afin qu’il y soit éliminé. Les lipoprotéines de faible densité (LDL) qui correspondent au ” mauvais ” cholestérol. À l’inverse des HDL, ces protéines distribuent l’excès de cholestérol aux différents organes, ce qui favorise le dépôt lipidique sur la paroi des artères et donc l’apparition de plaques d’athérosclérose.

La teneur en lipides du cholestérol est élevée

Plus la teneur en lipides du cholestérol est élevée, plus la densité est faible et plus le composé est nocif. Par exemple, le VLDL a une teneur totale en lipides (cholestérol, triglycérides et phospholipides) d’environ 85uf, LDL d’environ 75 % et HDL d’un bon 50 %. Par conséquent, le cholestérol VLDL et LDL est particulièrement malsain pour l’organisme. Des valeurs élevées de (V) LDL et, en règle générale, un taux élevé de cholestérol total comportent le risque de dépôts sur les parois des vaisseaux (voir la figure du vaisseau droit) et donc d’une artériosclérose accrue avec ses effets sur la santé. Des valeurs élevées de HDL ou un bon rapport entre le cholestérol total/LDL et le cholestérol HDL, en revanche, ont un effet positif sur le taux de cholestérol. L’ampleur ou les conséquences de valeurs de cholestérol défavorables varient toutefois d’une personne à l’autre et ne peuvent être déterminées que dans le cadre d’un contrôle complet du sang et des vaisseaux ou d’un examen complet de votre corps. Certaines personnes ont encore de bons vaisseaux sanguins malgré un taux de cholestérol élevé et ne présentent donc qu’un faible risque de crise cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral. Il n’est donc pas nécessaire de réduire le taux de cholestérol. D’autres personnes souffrent déjà de dépôts massifs et de calcification des vaisseaux sanguins malgré un taux de cholestérol peu élevé. Dans ces cas, même si le taux de cholestérol n’est que légèrement élevé, il existe un risque élevé de crise cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral en raison du durcissement des artères. Il est donc nécessaire de réduire le taux de cholestérol chez les patients atteints d’artériosclérose pour le faire passer d’une fourchette seulement légèrement élevée à une fourchette bonne ou très bonne. Par exemple, pour les patients à très haut risque, les niveaux de LDL devraient être réduits en dessous de 70 mg/dl. La procédure recommandée dans votre cas individuel sera déterminée avec vous lors de notre consultation sur le cholestérol après des examens approfondis des vaisseaux et du cœur.

Le moins de LDL possible est bon, mais le plus de HDL possible ne l’est pas

Plus le cholestérol sous forme de LDL circule dans les veines, plus le cholestérol peut adhérer aux parois des vaisseaux sanguins. Ces dépôts de graisse sont le début d’une artériosclérose croissante (durcissement des artères). Plus le taux de cholestérol LDL est élevé, plus le risque de développer une maladie cardiovasculaire à la suite d’une artériosclérose est élevé. Le “bon cholestérol” HDL est l’adversaire du LDL. Les particules HDL collectent le cholestérol déposé sur les parois des vaisseaux et le transportent vers le foie. Là, il est à nouveau conditionné en lipoprotéines ou transformé en d’autres substances, par exemple en acides biliaires, qui sont libérées dans les intestins. Un taux élevé de HDL signifie donc que les veines sont bien nettoyées des dépôts. Le HDL réduit ainsi le risque de maladie cardiovasculaire et peut également, dans une certaine mesure, maîtriser l’augmentation du taux de LDL. Cependant, le risque de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral suit une courbe en U. Les niveaux de HDL inférieurs à 40 mg/dl ont toujours été considérés comme défavorables. Cependant, depuis 2018, on sait que les niveaux de HDL supérieurs à 60 mg/dl augmentent également le risque de maladies cardiovasculaires. Il est possible que ces valeurs élevées de HDL soient dues à ce qu’on appelle un HDL dysfonctionnel, qui tend à favoriser la calcification vasculaire. Le cholestérol HDL ne devrait donc pas être aussi élevé que possible, comme on le supposait auparavant, mais devrait se situer dans la fourchette moyenne de 40-60 mg/dl. C’est pourquoi, ces dernières années, les experts en sont venus à penser que l’objectif de loin le plus important est de réduire le cholestérol LDL. Cela va même jusqu’à ce que la détermination du quotient LDL/HDL soit considérée comme dépassée et inutile par certains spécialistes pour les troubles lipométaboliques.

Les triglycérides ont également une influence sur la santé

Les triglycérides font également partie des lipides sanguins. Ils sont constitués d’une molécule de glycérine et de trois acides gras (les graisses dites neutres), sont absorbés avec les aliments et se divisent dans l’intestin grêle. Dans le foie, cependant, le corps peut aussi produire lui-même des triglycérides : tout comme le cholestérol, les triglycérides remplissent des fonctions importantes dans l’organisme : ils sont stockés dans le tissu adipeux comme réserve d’énergie (environ huit kilos pour une personne de 80 kilos). Ils ont également pour tâche d’isoler le corps contre le froid et de protéger les organes de la pression. Un taux de triglycérides élevé – et cela est maintenant scientifiquement prouvé – signifie un risque de maladie cardiovasculaire aussi important qu’un taux de cholestérol élevé, car il contribue également au développement de l’artériosclérose et de ses maladies secondaires. Des niveaux élevés de triglycérides sont particulièrement problématiques en combinaison avec de faibles niveaux de HDL. Le traitement des taux excessifs de triglycérides par des médicaments n’est efficace que dans une mesure limitée. Les mesures diététiques sont au premier plan. À propos : si le niveau de triglycérides baisse en raison d’un changement de régime alimentaire correspondant, le cholestérol total sera également plus bas et le rapport HDL/LDL s’améliorera. Le traitement des niveaux élevés de cholestérol et de triglycérides nécessite beaucoup d’expérience et une décision pour ou contre un médicament n’est possible que si le risque individuel de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral a été déterminé.